Série 4: du 21.09.2015 au 19.03.2016

Monolithe. Je n’aime pas donner de titres à mes œuvres – du moins de titres simples, courts – parce que je crois que cela peut limiter l’imagination du spectateur.

Monolithe. J’aime ce mot pourtant, peut-être parce qu’il est taiseux, difficile d’accès – d’un bloc. Il intrigue, comme la masse qui est au centre de ces dix œuvres, dix tentatives d’en définir les contours.

Au travail minutieux des couches s’ajoutent, dans cette série, des effets de vernis, des contrastes entre mat et brillant, pour aller toujours plus loin dans le travail de la matière.

1